Les 3 conséquences du chômage sur le foyer.

Les 3 conséquences du chômage sur le foyer


J’ai remarqué que la recherche d’emploi avait affiné certaines de mes perspectives du foyer. Je ne parle pas ici de changement drastique sur la personnalité mais bien de points de vue, d’angles différents. L’idée de rédiger un article sur ce thème m’a plu car je n’avais jamais songé ni réalisé cela lorsque j’étais salariée, or je crois mon expérience peut s’avérer intéressante notamment pour des chômeurs « récents » ou pour des personnes qui souhaitent soutenir un proche en recherche d’emploi.

Les activités ménagères

Ne pas travailler est souvent synonyme de rester à la maison. En toute logique la personne qui est souvent à domicile gère davantage l’entretien du foyer: vaisselle, aspirateur et serpillière, lessive, etc.

Il m’a fallut être au chômage pour réaliser que les tâches ménagères pouvaient s’organiser avec précision et régularité. Auparavant j’avais plutôt tendance à faire comme la plupart des gens et à subir les corvées. Ce n’est désormais plus le cas puisque j’ai tout consigné dans un calendrier virtuel. Je peux ainsi glisser-déposer facilement mes tâches domestiques et les ventiler sur mes journées afin de gérer la cadence. Cela me permet aussi de réellement prévoir du temps pour le nettoyage.

Note: la découverte de l’aspirateur-balai a été un vrai coup de cœur. Il me fait gagner un temps fou puisque je n’ai ni prise ni câble à gérer! Et puis c’est tellement mieux pour le dos… J’arrive à nettoyer mon logement (80m² de sol) en une seule charge.

Etre en recherche d’emploi m’a également enseignée que les tâches ménagères peuvent tout à fait apporter de la satisfaction. J’ai beau ne pas considérer cette activité comme intellectuelle il n’empêche que j’éprouve un certain contentement lorsque je vois que mon domicile est bien tenu. Mon conjoint a d’ailleurs plaisanté que c’était « comme à l’hôtel »! Je pense qu’il est primordial que la famille d’un chercheur d’emploi reconnaisse et félicite la propreté de la maison.

Je n’ai plus à me soucier de l’état de mon foyer lorsque nous avons des invités car en plus de mon planning de nettoyage je range chaque jour, immédiatement. Qu’il s’agisse faire la vaisselle à la main, de nettoyer la table après le repas ou de ranger les objets utilisés, il n’existe qu’une seule vérité: passez à l’action sans réfléchir une seule seconde. J’ai déjà mis en application cette méthode il y a plusieurs années et elle est redoutable. Il est bien plus facile de se débarrasser d’une corvée sur-le-champ que de la laisser traîner. Une fois habitué, cette routine ne se perd plus.

Astuce: les podcasts sont vos meilleurs amis lorsque vous accomplissez des tâches ménagères.

Force est de constater que j’arriverai encore à bien tenir ma maison lorsque je retrouverai un travail, grâce justement à ce creux durant lequel j’ai pu tester et m’organiser – un bon point pour mon futur!

Argent

Le rapport à l’argent

Chômage pourrait rimer avec minimalisme. Le pouvoir d’achat a souvent tendance à baisser, ne serait-ce que pour anticiper les mois difficiles à venir. C’est le moment idéal pour remettre en question son mode de consommation.

  • Alimentation: sachant que l’être humain moderne a tendance à trop manger en quantité par rapport aux besoins de son corps, calculer ses besoins caloriques et les suivre est déjà un bon moyen de dépenser moins lors des courses! A estimer avec un médecin bien entendu.
  • Garde-robe: j’ai complètement mis en pause le lèche-vitrine depuis que je suis en recherche d’emploi. Je me contente des vêtements qui sont nécessaires. C’est une tendance éthique que je suivais déjà un peu et elle me semble d’autant plus pertinente ces jours-ci. Je dois tout de même reconnaître que je suis aidée par mon manque d’intérêt pour l’habillement en général!
  • Loisirs, sorties et vacances: ces activités sont selon moi essentielles à la santé mentale du chômeur, pour autant il faut les limiter. J’ai donc défini un budget dans lequel je peux piocher mais que je compte et surveille tout au long du mois.

Le plus délicat est probablement de gérer la notion d’argent face à ses proches. Les jugements ne manquent pas entre ceux qui considèrent qu’il faut accepter n’importe quel travail pour avoir des sous (même si cela sous-entend être dévalorisé par rapport à vos études ou précédents emplois), ceux qui vous reprochent de vous attrister de la baisse de votre pouvoir d’achat (sauf qu’ils ne sont pas à votre place) et ceux qui vous dénigrent car d’autres gens vivent avec moins (cela me rappelle la phrase ignoble « pense aux petits Africains! » lancée contre un enfant lorsqu’il ne finit pas son assiette).

Et encore, je crois que je peux m’estimer chanceuse de ne pas avoir le droit aux allocations chômage suite à mon retour de l’étranger, sinon je suis sûre que j’aurais subi encore plus de critiques – un comble! J’en ai conclu que la seule solution était de verrouiller complètement les discussions liées aux finances. C’est déjà un sujet délicat lorsque vous êtes à l’aise financièrement mais ça devient une autre paire de manches lorsque vous êtes en situation de restriction! Difficile pour moi car j’aime gérer, optimiser et discuter de l’argent de la même façon que d’autres ressources (comme le temps) mais il faut se rendre à l’évidence: j’ai constaté que les proches qui ne me jugent pas sont uniquement ceux qui ont connu le chômage et ceux au caractère bienveillant.

Comptes

Les tâches administratives

Je n’ai hélas pas de bonne nouvelle à vous annoncer: s’occuper des papiers administratifs est et reste un fléau. La pile de chose à faire ne diminue jamais et contrairement au ménage les accomplissements sont invisibles. L’espoir est tout de même permis grâce à la technologie qui permet un gain de temps et d’efficacité important. Je ne peux que vivement vous conseiller de vous mettre au Cloud si ce n’est pas déjà fait.

Personnellement je profite de ma recherche d’emploi pour traiter les tâches administratives sans trop de délai et pour mettre en place, peu à peu, une organisation. Cette mission ne peut être accomplie qu’avec de la patience car il faut parfois découvrir une facture annuelle avant de s’en souvenir, de l’éprouver et de la gérer. Le chômage est également l’occasion de s’occuper des dossiers costauds, longs et désagréables. Exemples: faire un comparatif des fournisseurs d’électricité, évaluer des prêts immobiliers, faire le point sur ses comptes épargnes, etc. Un seul conseil: avancez projet par projet.

Ne pas s’occuper d’une tâche administrative n’a souvent pas de conséquence directe et immédiate. Pourtant elles ont parfois une importance capitale sur le long-terme de la vie et c’est pourquoi toute personne qui s’y attaque mérite encouragement. Selon moi il ne faut pas hésiter à tenir informé ses proches de la gestion d’un projet car il est rare qu’il sera terminé en une seule journée. Il faudra donc une bonne dose de soutien pour arriver au bout!


J’estime que cet article propose un bon tour des conséquences du chômage sur la gestion du foyer cependant j’aurais aimé aborder son influence sur d’autres aspects comme les relations sociales et l’identité. Je traiterai sûrement de ces perspectives lors d’un prochain billet.

Et vous, quel est votre vécu de la recherche d’emploi? Comment gérez-vous vos proches au chômage?
Crédit bannière: Freepik.

Commentaire